2 L à vélo

Voyage à vélo en Amérique du Sud

De Chuquicara à Huaraz

Du 30 août au 6 septembre

Après la beauté extraordinaire de l’étape précédente, nous changeons de vallée et c’est… toujours aussi beau ! La remontée le long du rio Santa est douce et le paysage est superbe, les roches sont jaunes, ocres, vertes, voire noires, la vallée s’encaisse par endroits et nous pédalons avec de chaque côté de hautes falaises, impressionnant !

Avec notre chance habituelle, à Huallanca, c’est la fête et elle durera, durera… toute la nuit !!! Au programme : orchestre, feu d’artifice, danses et… bière à volonté ! De plus, comme on prépare des repas dans la rue, tous les restaurant ont fermé leurs portes.

Aujourd’hui, nous remontons le canon del Pato. Ce canyon est très étroit, la rivière coule en contre bas de la route qui est fort étroite elle aussi. Comble du bonheur, il y a 35 tunnels à traverser, des petits et des plus grands. De plus, il est impossible de croiser dans les tunnels, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes quand des véhicules hors normes y circulent. Malgré notre petit éclairage, nous ne sommes pas toujours rassurés !!! Et puis la vallée s’élargit et, là-haut, on peut admirer les premiers sommets enneigés de la Cordillère Blanche, superbe ! Nous arrivons à Caraz, petite ville, où nous allons nous poser deux jours. Un pour souffler et pour s’occuper des petites choses du voyage (courses, lessive, photos…) et un autre pour aller admirer la Laguna Paron. A Caraz, nous avons retrouvé les tuk-tuk et leur tut-tut ! Caraz possède aussi un marché très animé surtout le dimanche.

En ce dimanche, et avec notre chance, c’est le premier anniversaire de… (nous n’avons pas trouvé de quoi, il y a tellement de commémorations au Pérou). Alors, c’est fanfare, discours et défilé, avec notamment les enfants des écoles qui paradent avec un pas très militaire c’est le moins que l’on puisse dire !

Excursion à la Laguna Paron

Premier contact avec la Cordillera Blanca, une matinée à la Laguna Paron. Nous nous sommes posés la question d’y monter à vélo. Mais finalement, c’est en taxi que nous y sommes allés. Et bien nous en a pris car la piste est dans un état… impressionnant !!! Ce n’est pas roulant même avec des vélos non chargés. Notre chauffeur, excellent conducteur (il vaut mieux sur ce genre de « route »), natif de Paron, nous fait partager sa connaissance du parcours. Jusqu’au village de Paron, ce sont des cultures diverses (petits pois, blé, maïs…) et plus extraordinaire des cultures de fleurs (œillets, glaïeuls…). Après une montée bien raide, c’est l’arrivée à la Laguna Paron, à 4200 m, entourée de sommets parmi les plus hauts du Pérou et dominée par le Huandoy qui culmine à 6395 m ! C’est beau, c’est fabuleux d’être là, le temps est superbe et nous sommes seuls au « mirador » pour admirer ! De plus, il ne fait pas froid et pourtant, nous sommes à plus de 4200 m !

La vallée que l’on remonte en direction de Huaraz est un endroit de culture important surtout de petits pois destinés à l’exportation. On trouve toujours des cultures de fleurs mais aussi beaucoup de maïs. On peut apercevoir, sur notre droite, les hauts sommets enneigés de la Cordilla Blanca et notamment le Huascaran, point culminant du Pérou (6768 m).

A Yungay , un sanctuaire a été élevé pour rappeler le drame du tremblement de terre de 1970 qui fit 70 000 morts et 20 000 disparus. Le village de Yungay fut alors complètement détruit par une avalanche venue des pentes du Huascaran.

De Carhuaz, nous avions l’intention de monter au Punta Olympica, un col à plus de 4700 m (enfin le tunnel, le col est 200 m au-dessus mais l’ancienne route est difficilement praticable). Pour profiter pleinement de cette incursion dans la Cordillera Blanca, nous nous sommes arrêtés bivouaquer à 3800 m. Un coin de bivouac pas très accessible mais somme toute bien agréable : pas froid, pas trop de vent, une superbe vue sur les sommets environnants… Pour ne pas souffrir du mal d’altitude, Laure nous a fait goûter au maté de coca, pas mauvais ma foi !

Mais dans la nuit, un bruit caractéristique sur la toile de tente nous réveille : la pluie !!! Cela durera jusqu’au matin avec un vent fort. Les sommets et les lacets conduisant au col baignent dans le brouillard. Il n’y a aucun intérêt à effectuer la montée dans ces conditions. Nous descendons donc directement sur Carhuaz puis rejoignons Huaraz.

Huaraz est une ville d’un peu plus de 100 000 habitants où le klaxon est roi. Les taxis en usent et en abusent : on ne sait plus qui klaxonne qui et pourquoi, d’où sa grande utilité !!! C’est aussi la ville de l’Andisme, on y voit donc beaucoup d’agences de treks, de bureaux des guides… et aussi pas mal de magasins de matériel de montagne. Et bien sûr, beaucoup d’étrangers venus faire des treks ou des ascensions. D’ailleurs de nombreux cafés et restaurants sont à l’heure « européenne ». Nous avons déambulé dans les rues animées de Huaraz et particulièrement au marché entre poissons, cuy (cochons d’inde), fruits et quartiers de viande où l’animation atteint des sommets !

Et avec notre chance habituelle en ce qui concerne la fiesta, et bien nous avons assisté à un petit défilé qui réunissait enfants et adolescents en costumes traditionnels.

Défilé très coloré, animé, joyeux et rempli de gaieté !

Petite vidéo de Chuquicara à Huaraz

  1. Michele

    Lionnel, je crois qu’à votre retour, tu pourras faire un ou des montages et présenter votre voyage, soit à VELOSON, soit au producteur de D’Echappées belles. C’est trop bien, non seulement ce que vous faites, mais aussi et surtout ce que vous nous restituez. Encore bravos

  2. PB

    Waouh!

  3. Edwige

    Hello,
    Superbes paysages et photos à couper le souffle !
    Aucun doute, c’est le voyage de votre vie ! Dépaysement et évasion total …
    Je m’évade aussi de mon quotidien en vous regardant …

  4. Agnès & JeanPaul ZOPPI

    Merveilleux!! Émerveillés nous sommes!!
    Épatant!! Épatés nous sommes!!
    Les couleurs m’ont rappelé Zabriskie Point dans la vallée de la Mort, et le lagon est splendide.
    Merci de partager tous ces moments.
    Bonne continuation
    Les Zoppi

  5. Armel

    Mille mercis de nous faire voyager avec vous deux dans ces extraordinaires pays

  6. Angeloni Serge

    Bravo à tous le 2, de bien belles photos mais surtout de super vidéos en live qui sont très instructives et nous relatent votre quotidien. Nous retrouvons grâce à vous et vos images la beauté de la Cordillère Blanca et ses sommets emblématiques comme l’alpamayo où nous avions randonné autour en 2017.
    Encore bravo à Laure et toi pour l’aspect sportif de votre voyage car taquiner des cols entre 3 et 4000m c’est pas donné à tout le monde.
    Serge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén