Voyages à vélo

Excursion dans la vallée de Majes

11 août

Aujourd’hui, nous allons découvrir la vallée de Majes. Nous avons sollicité les services de Thomas, responsable de l’agence Pérou Exclusif. c’est d’ailleurs lui qui nous accompagne durant cette journée.

Itinéraire

En vallée de Majes

Située à une centaine de kilomètres d’Arequipa, la vallée de Majes est un site encore peu touristique. Pourtant, c’est superbe !

Lorsque l’on arrive au-dessus de la vallée, le contraste est saisissant entre le vert intense de cette oasis et les couleurs jaune, orange et rouge des montagnes désertique environnantes. Saisissant également le damiers des champs de cultures et ses nuances de vert.

Au fond, coule la rivière Majes qui naît bien plus haut sous un autre nom et traverse le canyon de Colca. C’est grâce à elle qu’ici on cultive des pommes de terre, du riz et… de la vigne. Avec le raisin, on produit le fameux pisco, une eau-de-vie produite par distillation.

Sur cette rivière, on pratique également des sports d’eaux vives comme le kayak ou le rafting. Quelques kilomètres dans la vallée et nous apercevons El Castillo, une formation géologique qui fait penser à un château médiéval. !

Une petite grimpette sans difficulté et nous voici sur un mirador où nous découvrons « El Castillo » de plus près.

Une autre spécialité de cette vallée, culinaire celle-là, ce sont les « camarones », une crevette locale ou plutôt une écrevisse. Il faut goûter la « chupe de camarones », un plat typique de la région d’Arequipa.

D’ailleurs, dans le village de Corire, Laure a trouvé une énorme écrevisse !!!

Querulpa, parc des dinosaures

Un cadre superbe que ce « Jurassic parc » ! Un beau sentier, bordé de cactus, nous conduit au site des empreintes au nombre de 69 !

Elles appartiendraient à un plintosaurus, dinosaure pesant entre 8 et 10 tonnes et qui vivait au jurassique supérieur.

On peut y voir aussi une collection de fossiles mais ce qu’on remarque tout d’abord, ce sont ces reproductions, grandeurs réelles, de dinosaures (en résine). On s’y croirait !!!

Tout en haut, un belvédère offre une vue extraordinaire sur la vallée.

Pétroglyphes de Toro Muerto

Nous laissons la route pour une piste poussiéreuse et après quelques kilomètres, nous voici sur le site de Toro Muerto. Un immense champ de pierres qui s’étend à perte de vue !

C’est l’un des sites les plus riches en art rupestre de la planète. Les pétroglyphe de Toro Muerto contiennent environ 2600 blocs de pierre gravés d’images géométriques, zoomorphes ou anthropomorphes.

Ce mot vient du grec petros (pierre) et glyphein (graver). À l’origine, il a été inventé en français sous le nom de pétroglyphe.

Situé à une altitude comprise entre 400 m et 800 m, le site a une superficie de 5 km². C’est une zone désertique avec de nombreuses roches volcaniques dues aux volcans Chachani et Coropuna.

L’âge de ces gravures est estimé entre 800 et 1500 ans et serait l’œuvre de plusieurs civilisations dont la civilisation Wari. Ils utilisaient différentes techniques de gravure comme la frappe, le grattage, le frottement, la gravure ou l’écaillage.

Pour admirer ces gravures, il faut marcher dans le sable en montée. Pas très difficile mais il y a mieux !

C’est un musée de plein air magnifique et surprenant. Nous suivons notre guide, Thomas, qui nous emmène de bloc en bloc pour nous montrer les plus belles gravures. C’est un vrai jeu de piste !

Le soleil éclaire certains blocs et les gravures prennent alors une magnifique teinte orange. Nous reconnaissons des animaux (condors, serpents, félins…), des personnages, notamment des danseurs, des plantes…

Un site incontournable que nous allons quitter sous une « mini tempête de sable » !

Vidéos : A Toro Muerto


En savoir plus sur 2 L à vélo

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

  1. Vandaele Jean luc

    Merci pour le partage !
    Toujours aussi bien documenté, textes,photos et vidéos !
    Bonne continuation

  2. Michele Brocvielle

    Notre planète est incroyable

    Quel contraste entre la vallée bien verte et les sommets

    Vous y êtes allés comment dans cette vallée?

    Heureusement que les grosses bêtes n’existent plus si non on ne vous revoyait pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén