2 L à vélo

Voyages à vélo

Du Paso Sico à Cafayate

Du 17 au 24 novembre

Du Paso Sico à San Antonio de Los Cobres

Hier soir, Laure a fait connaissance avec une famille renard qui prenait le soleil à côté des bâtiments de la douane. Ils ont posé volontiers devant l’appareil photo. Nous avons quitté (provisoirement) le Chili et nous voici en Argentine. Hélas, plus d’asphalte mais une piste. Les dix premiers kilomètres ne sont pas trop mauvais. Ensuite cela se gâte : du sable et de la « calamina » et cela durera toute la journée jusqu’à Olacapato. Les paysages sont assez monotones, on longe le salar de Pocitos, on passe un col à 4400 m et la piste est… toujours aussi mauvaise, poussiéreuse à souhait. Nous longerons un premier parc immense de panneaux solaires où stationnent de nombreux camions. Juste avant Olacapato, un deuxième parc de panneaux solaires alimente une centrale électrique visiblement toute neuve !

A Olacapato, village assez triste, nous planterons la tente près de l’église, en catastrophe car l’orage menace. Et puis le vent se lève et cela souffle fort, la tente bouge bien ! Par contre les nuages ne laisseront échapper que quelques gouttes. Au matin, grand soleil, nous prenons notre petit déjeuner devant l’église sans voir âme qui vive !

Cette journée sera semblable à la précédente : piste difficile, toujours sable et « calamina » sur laquelle nous rebondissons, impression fort désagréable déjà vécue sur les pistes boliviennes ! Mais contrairement à hier, les paysages sont très beaux ! Nous arrivons au sommet de l’Abra Chorillo, à 4555 m, avec un très fort vent de face mais sous les applaudissements d’un groupe de Français, touristes en voyage en Argentine. La piste ne sera pas meilleure à la descente, c’est toujours du mauvais « ripio ». Mais les paysages sont superbes, ceci compensant cela !

Nous aurons la bonne surprise de retrouver, un peu avant d’arriver, les Brésiliens qui nous avaient « ravitaillés » dans le désert d’Atacama.

A San Antonio de Los Cobres, nous ferons une pause d’une journée. Malheureusement, la wifi n’est pas excellente et nous ne pourrons pas mettre le site à jour.

Vidéo : Entrée en Argentine

De San Antonio de Los Cobres à Campo Quijano

Un violent orage est tombé hier soir et a blanchi les sommets. Ce matin, dans de très beaux paysages, nous suivons une route très plaisante (asphalte) qui, sous un soleil radieux, nous conduira à l’Abra Blanca à 4080 m. Ce sera le dernier col de notre voyage à plus de 4000 m.

Maintenant, nous allons descendre vers Salta. Après un début de descente dans un environnement minéral, l’ambiance change avec l’apparition de cactus et de verdure. Nous sommes dans la Quebrada du Toro. En fait, les pentes des montagnes sont très sèches et contrastent avec le fond de vallée bien vert, merci la rivière ! Devant l’orage qui menace, nous ferons halte à Santa Rosa de Tastil où nous trouverons une hospedaje basique et peu chère qui nous convient parfaitement. Le bois des cactus est beaucoup utilisé comme piquets de clôture, dans les toitures et aussi pour fabriquer de petits objets décoratifs. Dans cette vallée, il n’y a pas l’électricité. La plupart des maisons possèdent des panneaux solaires. A 2 km de Santa Rosa, se trouvent les ruines de ce qui était la communauté de Tastil, une ancienne petite ville pré-inca qui existait entre le XIVe et XVe siècle.

Aujourd’hui, c’est un retour dans le temps ! Nous avons parfois, vu les paysages, l’impression d’être au Far West. Il ne manque que les Indiens et les cow-boys. Il y a bien nous deux sur nos fidèles montures mais ce n’est pas tout à fait la même chose !!! Pour le reste, nous avons cactus, montagnes minérales et grands espaces, c’est grandiose !

Et puis, au fur et à mesure que nous descendrons la vallée vers Salta, les arbres réapparaissent, les cactus disparaissent, la montagne se pare de vert et la température fait un bond… on entend même les cigales chanter, c’est dire ! A ce propos, elles sont très grosses et chantent très fort !! Il y a deux jours, nous étions à 4000 m et nous voici à Campo Quijano à 1520 m !!!!!  

Vidéo : San Antonio à Campo Quijano

De Campo Quijano à Cafayate

Après campo Quijano, la route ne présente pas d’intérêt particulier. Une étape de transition comme on dit ! Entre La Vina et Alemania, la route ondule gentillement. Ensuite, nous retrouvons les montagnes, c’est le début de la Quebrada de Las Conchas. C’est une réserve naturelle d’une grande beauté. Cette réserve compte de nombreux vestiges fossiles. Les roches sont rouges mais le manque de soleil de cette fin de matinée ne met pas les paysages en valeur. Le soleil est plus vaillant en après-midi et le relief devient superbe. Manque de chance, une vis du porte-bagage arrière de Lionel se rompt et nous bricolons une réparation de fortune à base de collier plastique et de fil de fer ! Tendra, tiendra pas ? Nous sommes rattrapés par Antoine et Marjorie qui veulent rallier Cafayate ce soir. Nous ne voulons pas nous mettre la pression en « fonçant », nous ne les suivrons donc pas.

Nous les laissons partir et, après avoir trouvé de l’eau, nous dénichons un joli coin de bivouac. Une température très agréable nous fera paresser sur nos fauteuils en goûtant les belles lumières du soleil couchant sur les roches rouges et orange.

Ce bivouac très calme nous permit de récupérer de la nuit bruyante de la veille. Ciel couvert ce matin, dommage, les montagnes sont beaucoup moins belles sans les rayons du soleil.

Malgré tout, la palette des couleurs est bien fournie (rouge, orange, beige, jaune, gris…) et c’est quand même très, très beau : des paysages du Far West !

Evidemment, nous prendrons beaucoup de photos, quelquefois en attendant le rayon de soleil qui ferait éclater les couleurs. Nous atteindrons Cafayate en fin de matinée. C’est une petite ville, située dans la vallée de Calchaques, très touristique où fleurissent hôtels et restaurants. Traversé par la mythique Ruta 40, Cafayate et ses environs sont célèbres pour leurs vignobles et leurs excellents vins (nous avons testé… un peu !). A Cafayate, comme dans d’autres villes d’Argentine, de nombreuses vieilles voitures, rouillées à souhait, pourrissent sur le bord des rues.

Vidéos : Petit aperçu de la Quebrada de Las Conchas

  1. brocvielle

    comment résister devant de tels paysages à faire des centaines de photos !…

    Il en faut des cartes mémoires, mais bien sûr vous êtes équipés.

    merci, merci, merci

  2. ALAIN GAUTHIER

    comme chaque fois nous attendons, avec grande impatience, des nouvelles de nos aventuriers ou plutôt de nos reporters sur le continent sud américain. nous scrutons le site souvent pour avoir de vos nouvelles. çà me rappelle ma jeunesse où chaque semaine on attendait le dernier numéro de notre journal préféré. et comme chaque fois nous en prenons plein les yeux. c’est beau, c’est beau. que dire d’autre. continuez tous les 2 à nous donner ce plaisir répéter de vous suivre à des milliers de kilomètres de chez nous..
    BUEN CAMINO

  3. Agnès & JeanPaul ZOPPI

    Nous sommes toujours aussi admiratifs non seulement devant les photos mais encore sur votre coup de pédales.
    Espérons que l’incident porte bagages est réglé.
    Bonne route à vous deux.

    Agnès & Jean-Paul Zoppi

  4. graioni

    Jujuy, la quebrada de las Conchas , Salta et autres beautés de la nature, nous y étions en 2016, merci de nous faire refaire le parcours, magnifique en effet!
    Quand à un hypothétique Noel à Valparaiso….le rêve! un peu trop d’heures d’avion pour mon goût cependant.
    Bonne route, prenez-en plein les yeux…et les jambes.
    Baci da Nicole et Maurizio.

  5. Gicquel Jean-Pierre

    Bonjour, vous m’avez donné envie de relire Pablo Neruda, Lionel Messi (argentin) vient d’obtenir un 6ème ballon d’or, à Lionel et Laure, nos cyclistes émérites, pourquoi pas un vélo d’or ! Bises.

  6. BAUMY Patrick

    De plus en plus exceptionnel, Lionel qui joue de la flûte en pédalant , chapo!

  7. Yves Aurange

    Je ne me lasse pas de vous suivre et de profiter de tous ces paysages superbes. C’est un moment de détente pour moi, mais aussi d’admiration dans ce périple que vous effectuez. Bravo, bravo pour les vidéos et les commentaires. MAGNIFIQUE

  8. Blandine et Daniel JUST

    Non seulement vous prenez du plaisir mais vous nous en donnez énormément. J’espère que vous avez un gros disque dur dans la tête pour graver à jamais ces images. En fait, on va regretter votre retour car nous ne pourrons plus vous suivre dans votre périple. Merci encore pour ce dépaysement magnifiquement orchestré.

  9. Héloïse et Christian

    Joli récit !
    Nous aussi nous avons eu la chance de voir ces renards en sortant de la douane !
    A Olacapato nous avons dormi à l’abri dans l’école.
    Au fait, comment fait-on pour s’abonner à votre blog ?
    À bientôt ! Bonne route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén