Voyages à vélo

Du col Agnel à Aoste

Du 16 au 19 juillet

Du Col Agnel à Chieri

Si le versant français est raide, le versant italien est très, très pentu et c’est un doux euphémisme ! En Fait 10 km à 10 % de moyenne ! Nous croisons de très nombreux cyclistes qui montent plus ou moins « lentement » ! Pour nous qui descendons, c’est une « plongée » très rapide durant laquelle il faut être attentif à la route !

Chianale est le premier village rencontré et quel village ! Superbement rénové et entretenu, c’est magnifique. Mais revers de la médaille, il y a beaucoup de monde même si cela ne se voit pas sur la photo !

Chianale, situé à 1800 m d’altitude dans le Val Varaita, est traversé par la rivière éponyme. On retrouve mention du hameau dès le XIIème siècle. Le Val Varaita entre le col Agnel et Castel Delphino appartiendra d’abord au Saint Empire Romain Germanique puis dépendra du royaume de France jusqu’en 1713 avant de devenir possession piémontaise sur laquelle règne la Maison de Savoie.

La vallée continue mais la pente est beaucoup moins raide. Depuis le col Agnel, c’est quand même 69 km de descente, un vrai bonheur. Les villages se succèdent. Certains « méritent un détour » notamment Castel Delphino, Venasca, Sampeyre…

L’étape du lendemain se déroule dans la plaine du Pô, fleuve que nous traverserons pas moins de trois fois ! Le ciel couvert de ce début de journée limite la hausse des températures bien hautes en ce moment et c’est bien plaisant pour pédaler.

Le paysage change totalement, nous pédalons dans un environnement de plaine où les cultures de maïs dominent.

De Chieri à Aoste

Nous sommes surpris en ce début de journée par les collines autour de Turin, beaucoup surmontées d’un château. Nous grimpons même un petit col (Sella la Reza). Mais la plaine reprend vite ses droits et nous retrouvons les champs de maïs.

Jusqu’à maintenant, l’état des routes était plus que déplorable et bien souvent il est impossible de rester sur la droite de la voie ce qui nous oblige à des écarts dangereux ! Mais la fin du parcours concocté par Laure nous emmène sur des revêtement plus roulants. Le pédalage devient plus agréable et plus sécurisant.

De beaux villages bordent notre itinéraire et les haltes se succèdent : nous sommes aussi en voyage pour visiter. Gassino et la petite ville de Chivasso, bien rénovés, sont incontournables La cathédrale de Chivasso mérite que l’on s’y attarde un peu.

Nous arrivons à Ivrea aux portes du Val d’Aoste. Ivrea est une ancienne colonie romaine mais la ville existait bien avant. Elle fut le siège du marquisat d’Ivrée à l’époque franque. A partir du XVIIème siècle, elle fut souvent prise par les armées françaises et deviendra même la préfecture du département de la Doire en 1802 et sera finalement redonnée au Piémont après l’abdication de Napoléon en 1814.

Ivrea est le berceau de la société Olivetti. La cité industrielle est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2018.

Nous voici dans le val d’Aoste. C’est une vallée bordée de montagnes qui culminent à des altitudes conséquentes.

En raison de la forte déclivité des pentes qui empêche la mécanisation, on y cultive la vigne en terrasses et sur des pergolas à colonnes romaines.

Encore un village historique, Pont Saint-Martin.

Le pont date de la conquête de la Gaule par les Romains. En effet la Vallée d’Aoste était un passage obligé pour la traversée des Alpes. Au Moyen Âge, il fut administré par les seigneurs de Pont-Saint-Martin. C’est une étape de la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome.

Nous restons à l’époque romaine avec Donnas qui était sur la route romaine consulaire des Gaules. Une partie de cette route est conservée notamment avec un arc et une pierre militaire qui indiquait la distance d’Aoste. On remarque aussi dans la pierre les traces des roues de chars.

Le Val d’Aoste a un passé historique d’une étonnante richesse. Nous voici au fort de Bard.

Le fort de Bard est une forteresse construite au XIXᵉ siècle par les souverains de Savoie sur un promontoire rocheux dominant le bourg de Bard. Il sépare la plaine de Donnas de celle d’Arnad, et représente l’une des plus imposantes forteresses des Alpes.

Perché sur la falaise dominant le village, le château de Verrès a été construit aux environs de 1390. Sa particularité réside dans sa forme cubique parfaite.

Des fouilles dans le village de Saint Vincent ont permis de mettre à jour les vestiges d’anciens thermes datant de la fin du IIème siècle. Le village possède actuellement un établissement thermal qui attire de nombreux curistes. Notons aussi, la présence d’un casino.

Beaucoup de circulation automobile, une grosse chaleur, une route moins belle rendent la fin de cette étape moins intéressante mais les vélos avancent et nous voilà à Aoste.

Video : Quelques coups de pédale en Italie

  1. Claudine et Jean

    bonjour les cyclistes,
    Jean et moi venont de regarder votre traversée dans le Val d’Aoste et vous nous avez fait défiler de magnifiques photos et des commentaires qui nous ont régalés. Nous vous souhaitons une bonne continuation et vous envoyons nos amitiés sportives.
    Cordialement,
    Jean et Claudine

  2. Danielle

    Coucou les voisins pédaleurs. Je vois que vous avez bien progressé. Quel plaisir de voir ces magnifiques paysages.
    Gros bisous 😚

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén