Voyages à vélo

De l’Etna à Milazzo

Du 05 au 10 août

Itinéraire

De l’Etna à Taormina

Nous quittons la tranquille maison de nos amis Gabriella et Maurizio par une pente très, très raide, aux alentours de 14 % sur 1,5 km, autant dire que nous poussons les vélos tout le long !

Ensuite la route monte très agréablement jusqu’à la bifurcation pour le refuge Citelli. Il y a peu de cendres volcaniques sur la route mais le volcan fume beaucoup ce matin.

Après le sommet, le sol est noir de cendres, ça glisse, il faut être très prudent. Heureusement cela ne dure pas et un peu plus bas la route retrouve son aspect normal. Par contre, comme l’on descend assez vite, des quantités incroyables de mouches nous fouettent le visage, on dirait du grésil. Par précaution, il vaut mieux laisser la bouche fermée !!!

Après cette très belle descente de vingt kilomètres, nous arrivons à Linguaglossa puis de là gagnons la côte où nous retrouvons la circulation et la chaleur ! Nous apercevons, là-haut, accroché à la pente, le village de Castelmola, Taormine est juste en dessous.

Après quelques kilomètres de grande route, nous attaquons la montée à Taormina. Finalement, une montée assez facile sur des pentes très raisonnables. Quel beau village que Taormina ! Nous parcourrons le corso Umberto Ier, rue principale du village, animation garantie ! Entre le Duomo, le théâtre grec, la place du 9 avril, le jardin public et un petit restaurant pour l’anniversaire de Lionel, la journée passe très vite !

Le duomo ressemble plus à une forteresse qu’à une cathédrale. C’est la construction la plus ancienne de l’époque médiévale qui subsiste dans le village. Elle fut reconstruite aux XVème et XVIème siècles selon un plan en croix latine. Très beau portail avec deux colonnes corinthiennes et sa rosace renaissance. Le tout jouxtant une fontaine baroque de 1653.

Creusé dans la roche, le théâtre antique fut érigé au IIIème siècle AV JC . C’est un vaste demi-cercle de 109 m de diamètre tourné vers la mer. Il pouvait accueillir 4000 personnes. Il possède une acoustique parfaite et offre un panorama grandiose.

Le Corso Umberto partage la ville en deux. On peut y remarquer de très belles façades des demeures nobiliaires mais aussi de belles églises notamment au niveau de la place du 9 avril : la chiesa Sant’Agostino de style gothique sicilien avec son plafond en carène renversée et la chiesa San Guiseppe typiquement baroque.

Le Giardino Publico était la propriété d’une riche anglais férue d’ornithologie. Elle dessina de nombreuses constructions censées favoriser la reproduction et l’observation des oiseaux. C’est un endroit très plaisant. On y trouve des bancs encastrés dans les massifs de fleurs avec vues sur la mer et on y trouve aussi de.. l’ombre !

Album photos de l’Etna à Taormina

Taormina

On pense que ce sont des colons grecs établis à Naxos au pied de cette montagne depuis le VIIIème siècle AV JC qui, chassés par le tyran Denys de Syracuse, choisirent cet endroit pour y fonder la cité de Tauroménion. La ville devint capitale de la Sicile à l’époque byzantine, après la chute de Rome. Les Arabes la détruisirent pour en reconstruire une plus belle avant de la perdre en 1079 au profit du Normand Roger de Hauteville. Sa prospérité date de cette époque.

Album photos Taormina

De Taormina à Milazzo

Cette route qui parcourt la pointe nord-est de la Sicile en passant par Messine n’est, contrairement à ce qu’on peut entendre, pas désagréable du tout. Elle offre de belles vues sur la côte calabraise et nous emmène à Messine. Nous sommes accueillis par une circulation délirante mais il est vrai que le va et vient des ferries attire énormément de monde.

Messine possède une cathédrale de toute beauté flanquée d’un campanile extraordinaire.

Nous quittons la ville en suivant une bien plaisante piste cyclable et nous gagnons Torre Faro et le Capo Pelaro, pointe nord-est de la Sicile marquée par un pylone rouge et blanc que les locaux appellent la Tour Eiffel !

Nous y ferons la rencontre d’un très agréable couple franco-italien qui nous indiquera un camping à une quinzaine de kilomètres.

La route contourne cette extrémité de la Sicile en montant un peu jusqu’au village de Sparta pour dominer la mer et nous offrir, en récompense de la montée, un panorama sur les îles Eoliennes.

Le camping existait bien. Pas de panneau pour le signaler, il faut vraiment « tomber » dessus. Par contre, un accueil fort sympathique. On nous offrira même deux parts de pizza pour notre repas du soir !

De Sparta, nous traverserons des zones très urbanisées. En ce dimanche matin, entre ceux qui font du vélo, ceux qui vont à la messe, ceux qui vont… en voiture, nous croisons beaucoup de monde. C’est peut-être pour gagner du temps qu’on se fournit en « granite » auprès d’un vendeur ambulant plutôt que d’aller à la « gelateria ».

La remontée de la presqu’île de Milazzo nous oblige à longer une raffinerie de pétrole du plus bel effet bien sûr, avant de gagner la très agréable ville de Milazzo, un des points de départ des excursions vers les îles Eoliennes.

Une route qui monte fort par moments, nous emmène à la pointe de la presqu’île au capo Milazzo d’où la vue sur les îles Eoliennes est magnifique !

Album photos de Taormina à Milazzo

Cathédrale et Campanile de Messine

Ravagée par le tremblement de terre de 1908, la cathédrale normande du XIIème siècle fut reconstruite dans les années 1920 avant d’être incendiée par les bombardements durant la seconde guerre mondiale. Pourtant, on la rebâtit et elle rouvrît au culte en 1947.

Beaucoup de pièces originales avaient disparu et on les remplaça par de très belles reconstitutions comme pour les mosaïques des absides. Par contre la façade garde encore les trois portails originaux de style gothique tardif.

Entièrement détruit au XIXème siècle, le campanile fut conçu par des artisans strasbourgeois et reconstruit en 1933. Ses 236 marches conduisent à un très beau panorama sur la ville. Durant la montée, on passe derrière les engrenages de l’horloge dont le mécanisme est l’un des plus compliqués du monde !

C’est la plus grande horloge astronomique du monde. Elle est animée de nombreux automates et offre à midi pile un petit spectacle qui attire locaux et touristes.

Album photos cathédrale et Campanile de Messine

Les îles Eoliennes

Aujourd’hui, nous avons délaissé les vélos pour une sortie en bateau au départ de Milazzo vers les îles Eoliennes. Elles sont sept au large de la côte nord-est de la Sicile. Toutes volcaniques, elles sont aussi toutes différentes. Nous en avons découvert trois : Vulcano, Panarea et Stromboli. Une superbe mini croisière sous un soleil resplendissant !!!

Vulcano

C’est avec Stromboli, l’une des îles les plus jeunes (environ 120 000 ans). Pour les chercheurs, Vulcano serait l’un des volcans les plus dangereux du monde. Il a même donné son nom à un type d’activité dite « Vulcanienne », caractérisée par des explosions brutales survenant en raison de la formation de bouchons de lave dans les cheminées volcaniques. D’ailleurs les émanations de souffre (avec odeurs) et les fumerolles attestent que Vulcano n’est qu’endormi !!!

Les bains de boue sulfureuse sont, en sus du volcan, une autre attraction de l’île. Nous avons gravi les 300 m de dénivelé pour atteindre le cratère au pas de charge (nous n’avions que deux heures d’escale). La montée n’est pas difficile mais que c’est poussiéreux le sable volcanique ! Chaussures et chaussettes en ont changé de couleur !!!

Quelles vues au sommet ! D’abord le cratère, superbe et puis un panorama splendide sur l’archipel des Eoliennes ! Nous avons beaucoup aimé cette île !

Album photos de Vulcano

Panarea

Panarea est la plus petite île de l’archipel. A la fin des années 1950, Panarea meurt doucement. C’est le tournage du film « L’Aventura » d’Antonioni qui tirera Panarea de l’oubli. Devenue célèbre du jour au lendemain, toutes ses maisons furent rachetées par des Milanais aisés. C’est un peu devenu le Saint-Trop’ de la côte tyrrhénienne !!!

Malgré tout, le cadre est joli avec ses ruelles bordées de maisons blanches aux jardins fleuris.

L’île s’anime au déchargement des bateaux de ravitaillement (notamment en eau minérale car l’eau fait défaut dans l’île) et bien sûr à l’arrivée des bateaux de touristes qui envahissent le quartier du port et la plage.

Album photos de Panarea

Stromboli

Pour gagner Stromboli, on contourne quelques îlots volcaniques et on découvre la plus célèbre des îles de l’archipel.

Un cône quasi parfait, le modèle du volcan. Il est en activité permanente depuis la plus haute antiquité et expulse trois à sept fois par heure de la lave incandescente !!!

Le village de Stromboli offre un contraste saisissant entre ses maisons blanches et le sable noir de sa plage. Sable noir, mais très fin, où les jolis bateaux des pêcheurs égaient la plage de leurs couleurs vives !

Nous avons déambulé dans les rues du village bordées de boutiques à touristes, de bars, de restaurants… Mais l’apothéose de cette journée, ce sont les jets de lave que nous avons pu contempler du bateau dans la nuit naissante, impressionnant !

Album photos du Stromboli

  1. Sonia

    Bonjour, nous nous sommes rencontrés à Torre Faro. Je vois que votre voyage se poursuit pour le mieux. J’ai pu lire que le « camping existait bien » et que vous y aviez reçu un bon accueil !
    Heureuse d’avoir fait votre connaissance.
    Bonne continuation,

    Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén