2 L à vélo

Voyage à vélo en Amérique du Sud

De Chichina à Calarca

Du 29 mai au 1er juin

Nous quittons Chichina par une belle montée bien raide et nous pénétrons dans la région du café, une des régions les plus touristiques de la Colombie. Nous ondulons ensuite entre les fermes productrices de café, les fincas, sur une route où nous rencontrons pas mal de cyclistes. La descente vers la ville de Pereira nous verra doubler les camions, une belle descente, un bon moment de plaisir. Cela se gâte un peu dans la traversée de la ville… énormément de circulation, manifestation d’étudiants sur le viaduc, des voitures à droite, des voitures à gauche, des motos devant, des motos derrière, bref, un moment de bravoure !!!

Après une montée d’une vingtaine de kilomètres, il se fait tard et le soir arrive (ici la nuit tombe tous les jours vers 18 h), la pluie aussi. Heureusement, une hospedaje nous accueille pour la nuit. Laure en bonne négociatrice arrive à faire baisser le prix de la nuit de moitié !!!

Le lendemain, nous gagnons Salento où nous passerons deux jours. Salento est un joli village qui ne vit que du tourisme. Les rues sont bordées de restaurants, de cafés et de boutiques de souvenirs ! C’est un village malgré tout fort agréable où déambulent des touristes de toutes nationalités. La vallée de Cocora, que nous rejoindrons avec nos vélos non chargés, c’est la vallée des palmiers de cire, ce palmier qui peut atteindre 70 m de haut ! Si nous y sommes allés à vélos, la plupart des touristes s’y font transporter en 4X4, quelle aventure !!!

Les sentiers de Cocora étant boueux à souhait, Laure a eu le courage de descendre dans un ruisseau pour nettoyer les vélos !!!

A Calarca, après seulement 27 km, nous nous posons dans un hôtel. Il est déjà 10 h 30 et c’est trop tard pour attaquer les 21 km de montée à l’Alto de la Linea qui culmine à 3300 m alors que nous ne sommes qu’à 1600 m. Nous n’allons pas bien vite avec notre chargement. De plus, le temps est moyen avec des averses dans l’après-midi.

  1. Nicole

    Cela concernait seulement les photos du 1er juin…les autres sont magnifiques, du rêve !

  2. Gérard LOEUILLET

    Un humble conseil: mâchonnez quelques feuilles de coca, le goût n’est pas terrible mais cela dilate les vaisseaux et est bien utile en altitude !
    Merci pour vos photos et narrations qui nous font vivre votre périple !

  3. Nicole

    Il nous manque quelque petite carte des lieux pour nous aider à vous situer. Continuez comme Ça, pas de problème d’altitude encore,?pensez à votre réserve de coca…

  4. Michele

    la coca mais oui c’est bien sûr. Quand je suis allée au sommet du Mont Blanc, mes amis avisés m’en avaient fait prendre en granules homéopathique, c’est très efficace.
    Quel bonheur de pouvoir vous suivre. Ici aussi nous avons la pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén