2 L à vélo

Voyage à vélo en Amérique du Sud

De Calarca à Neiva

Du 2 juin au 7 juin

Dimanche 2 juin, on démarre de Calarca à 7 h 30 pour gravir l’Alto de la Linea. Calarca est à 1600 m, le col, 21 km plus haut, culmine à 3300 m.

Ce fut dur, très dur !!! Beaucoup de cyclistes dans cette montée. Ils sont en général suivi par un véhicule qui transporte vêtements et ravitaillement, ravitaillement dont nous profiterons puisqu’on nous offrira eau et bananes.

Les pentes sont très raides notamment dans les lacets (aux alentours de 14 % avec une sortie du lacet aux environs de 8 %). Et, pour corser le tout, un ballet incessant de camions puants et bruyants qui nous obligent à rester très concentrés. Après cinq heures d’efforts, c’est enfin le sommet !

Nous pensions nous faire plaisir à la descente mais… c’était sans compter avec… les camions. Ils descendent très lentement pour ne pas prendre trop de vitesse vu la raideur des pentes, et nous avons du mal à les doubler car bien sûr, en face, il y a… des camions qui montent !!!

Nous nous arrêterons à Cajamarca assez fatigués de cette journée !

Ce sera moins difficile aujourd’hui avec beaucoup de descentes puisque nous nous retrouvons ce soir à 500 m d’altitude. Jusqu’à Ibague, nous descendrons en côtoyant des plantations de café et de bananes, cultivées sur des pentes excessivement raides. En arrivant à Ibagué, nous ferons une petite pause pour déguster un jus d’orange succulent (Laure en boira même deux !!!).  Grâce à la gentillesse de deux cyclistes colombiens, nous traverserons cette ville sans soucis. Une route plate (si, si !) nous conduira vers Espinales en longeant des cultures de riz et de coton. Nous y retrouverons des températures élevées (35 °), nous avons bien changé de région ! Une journée de grand soleil qui nous fera le plus grand bien. Déjà chaud ce matin dans la région d’Espinales. Les cultures de riz, de maïs et de coton disparaissent peu à peu pour laisser place à l’élevage de vaches bien maigres. Nous nous dirigeons vers le désert de Tatacoa.

Pour rejoindre ce désert, il nous faut traverser le rio Magdalena mais comme il n’y a pas de pont, nous prendrons un petit bac qui nous posera sur l’autre rive et nous gagnerons la piste par un bout de sentier boueux. En effet, fini l’asphalte et bonjour la piste, heureusement pas trop pentue mais pas très roulante non plus. Nous y croiserons les éternelles motos mais aussi quelques camions et voitures. 20 km plus loin, nous arrivons au village de Villavieja. Après un petit remontant, un jus de cholupa au lecce (spécialité du département de Huila), nous prenons la direction du secteur le plus joli du désert de Tatacoa. C’est vraiment un endroit de rêve très dépaysant. En nous baladant dans ces roches rouges, nous nous attendions à chaque instant à voir surgir des cow-boys, des diligences et même Lucky Luke !!! Superbe !!!

Tellement beau que nous y avons campé deux jours !!!

Repos ce soir à Neiva, une ville moyenne sur le bord du rio Magdalena avant, demain, de rejoindre la montagne pour grimper vers Inza.

  1. Fauvain

    trop beau ……….., merci de nous faire partager !
    du coup, on attends la suite avec impatience !
    et ne revenez pas trop tôt pour continuer longtemps à nous enchanter

    un grand bravo !

  2. Catherine LM

    Quel enchantement que de poser la tente dans ce paysage….

  3. Quinsac

    Tres belles photos et tres beaux paysages. Amusez vous bien! La grossesse d’Emilie se passe bien. Bises a vous. Emilie et Seb

  4. Michele

    les fleurs d’hibiscus séchées sur l’une de vos photos, j’en ai trouvé sur le marché, du coup j’ai voulu goûter, pour si je n’ai pas l’occasion d’aller en Colombie…c’est très bon. Paradisiaque votre lieu de campement, vous me faîtes rêver.

  5. Myriam

    Superbe! Merci de nous faire voyager ..

  6. jean luc C

    superbes photos qui font rêver. du coup tout parait facile. bonne route à vous deux

    jean luc

  7. aureau jocelyne

    Super Paysage et oiseaux très colorés
    Bonne route à vous deux .

  8. bravo
    pour ma part je fatigue à le seule lecture du récit

    claudio

  9. Misslin-Morand

    SUPERBE! Je découvre … et continuerai, les doigts de pieds en éventail 💅 encore et encore !
    MERCI Laure et Lionel d’avoir pris le temps de m’encourager vous qui parallèlement vivre des moments certes extraordinaires mais aussi de galères !
    BRAVISSIMO 🤗👏
    MartineMM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén