2 L à vélo

Voyage à vélo en Amérique du Sud

D’Inza à Popayan

Du 14 au 16 juin

La pente dans le village d’Inza est fort raide et nous voilà dès ce matin à pousser les vélos. S’en suit une piste caillouteuse qui devient boueuse suite aux glissements de terrain. On passe tant bien que mal sur les vélos en croisant les doigts pour ne pas chuter !!! La piste se transforme pendant quelques kilomètres en route bétonnée ! Mais de nombreux travaux mettent la route dans un triste état. Ce qu’il n’y a pas sur cette route, ce sont des hébergements, le bivouac étant impossible. Nous nous arrêtons au restaurant El Mirador où nous demandons l’hospitalité pour la nuit d’autant que la pluie se met à tomber avec violence, qu’il y a un col à 3300 m à franchir, que Popayan est à 60 km… La gentillesse des Colombiens ne fera pas défaut et on nous proposera une pièce au-dessus du restaurant.

Une petite vidéo pour apprécier certaines portions de route !!!!

Nous quitterons cette gentille famille le lendemain matin pour continuer vers Popayan. La route est toujours revêtue de béton mais il y a encore des endroits bien boueux. Nous atteignons enfin le col (3300 m) et basculons sur l’autre versant. Et là changement radical ! Il fait plus chaud, on trouve des cultures (pommes de terre, choux, fraisiers…) à 3000 m !!! Nous franchissons un deuxième col (3100 m) puis arrivons au village de Totoro en plein marché.

Il est tôt, il fait beau ! nous décidons de continuer jusqu’à Popayan où nous retrouvons la Panam et une circulation qui nous assomme un peu après nos quelques jours dans la montagne colombienne !!!

Popayan

Fondée en 1537, Popayan, la capitale du Cauca, est un des centres religieux les plus importants de la Colombie. Popayan est surnommée la ville blanche. Les maisons ont été en effet recouvertes de chaux pour éradiquer une maladie transmise par une puce appelée « niquia », les habitants s’étant aperçus que la chaux était particulièrement efficace pour lutter contre cette maladie. Depuis, la maladie a disparu mais la tradition est restée !

Popayan possède effectivement un très beau centre ville. Les rues sont bordées de belles maisons… blanches aux ouvertures peintes en rouge, vert… et protégées par des grilles en fer forgé, c’est très plaisant.

Nous avons eu la chance de visiter Popayan un dimanche donc la plupart des églises étaient ouvertes. Pensant arriver à la fin de la messe pour prendre des photos, quelle ne fut pas notre surprise quand nous pénétrâmes dans l’église de San Agustin de voir celle-ci bondée et d’entendre des chants accompagnés à la guitare. On nous offrit une part de gâteau, un verre de jus de fruit et comme tout le monde, on applaudissait à chaque chant. Un grand moment !!!

Pour nous cyclistes, il est possible de rentrer son vélo dans l’église pendant la messe !!!!!

Nous sommes allés d’une église à l’autre (Templo de San José, Templo de SAn Agustin, Templo de Santo Domingo, Cathédrale Nuestra Senora de la Asuncion, Templo de San Francisco, Iglesia de Belen…) pour finir la visite de la ville à El Moro del Tulcan, ancienne pyramide préhispanique sur laquelle trône la statue équestre de Sebastian de Belalcazar, fondateur de la ville !

Une petite vidéo pour découvrir la joie dans l’église de San Agustin durant la messe du dimanche !!!

  1. Alexis

    Encore de bien belles photos. Toujours agréable de suivre votre séjour ! Bises

  2. M C

    Bonjour à vous,

    C est un peu plus rock’n’roll que la messe de Notre Dame de Grâce dans les années 70.
    Lionel n aurais tu pas été illuminé par la Grâce.
    Bonne continuation sur ce chemin difficile.
    Vos photos sont magnifiques.

  3. aureau jocelyne

    Il n’y a rien à dire c’est CHOUETTE !!!!!

  4. michele brocvielle

    est-ce un service religieux catholique?
    On pourrait prendre exemple chez nous pour remplir les églises désertées!…

    Vous avez donc pataugé dans la gadoue, la gadoue, la gadoue comme chantait Pétula dans les années 80

    courage, avec l’expérience, la prochaine fois (!…) la galère semblera mois difficile et puis le jeu en valait la chandelle

    bbbbbbbbbbbbbbiiiiiiiiiiiiiiissssssssssssse

  5. Nath

    Holà là et moi qui me plaignais des conditions météorologiques sur le GR20…
    Chapeau bas à côté de ce
    Que vous avez vaincu c’était le paradis.
    Bien fière de vous et énormes bisous.

  6. Catherine le Maire

    Madre de dios !!! Quelle route ! Il faut, non seulement avoir des jambes mais également des épaules et bras pour pousser les vélos…. Sympa la boîte de nuit 🤗, et pas de risques de bagarre à la sortie ! Biz à vous deux

  7. Martinod

    Coucou Laure !
    C’est grâce à Nicole Mermier que j’ai pu avoir ton adresse ! Je voulais te faire la bise avant ton départ… Trop tard….Mais je vais suivre votre périple avec intérêt !
    Je te souhaite ainsi qu’à Lionel de belles rencontres et de grandes découvertes !
    Bises
    Anne Marie Martinod

  8. Christiane danel

    Christiane: que de boue!!!! que de motivation!!!!! et dire que je regarde vos photos dans mon lit bien douillet !!!! A chacun ses plaisirs!!!! merci pour ces beaux souvenirs. biz a vous deux.

  9. belloir

    Ca avance moins vite, forcément !
    ahahah
    Mais toujours le sourire vous deux…
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén